Révélations

Le partage est le nerf de ma guerre
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» la censure en france
Mer 24 Juil - 12:12 par triskel

» pyramides de Bosnies
Ven 12 Juil - 14:38 par triskel

» Fleur de Vie
Ven 21 Juin - 13:38 par Valkyrie

» Photo Zen
Ven 21 Juin - 11:59 par Valkyrie

» Edward Snowden, l'homme qui fait trembler le gouvernement américain
Lun 17 Juin - 16:07 par Valkyrie

» une vague de glace
Sam 8 Juin - 10:38 par Valkyrie

» Héracléion, une cité égyptienne engloutie, révèle des secrets vieux de 1200 ans
Ven 7 Juin - 12:46 par Valkyrie

» L'entourage «toxique» de Stephen Harper
Ven 7 Juin - 12:07 par Valkyrie

» Franc-maçonnerie
Ven 7 Juin - 11:57 par Valkyrie

Mots-clés
anton livre Origines marche dieux réveil Phénix
Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

      

Sujets similaires
Liens intéressants

Partagez | 
 

 Pourquoi Washington ne veut pas d'un référendum britannique sur l'Union européenne

Aller en bas 
AuteurMessage
Valkyrie
Admin
Admin
avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 38
Localisation : Québec

MessageSujet: Pourquoi Washington ne veut pas d'un référendum britannique sur l'Union européenne   Ven 11 Jan - 8:41




Marina Torre | 10/01/2013, 09:23 - 600 mots

Dans un discours à l'ambassade des Etats-Unis à Londres, le secrétaire américain chargé des relations avec l'Europe a enjoint son partenaire à tout faire pour que la Grande-Bretagne reste au sein de l'Union européenne, voire qu'elle y prenne un rôle de leader. Depuis plusieurs semaine, David Cameron, le Premier ministre britannique brandit la menace d'un référendum sur la question.

Or, depuis plusieurs mois, David Cameron affiche de plus en plus ouvertement ses velléités de proposer un référendum sur l'Union européenne aux sujets britanniques. Mais pas pour "sortir" de l'UE, plutôt pour renégocier ses relations avec elle. "Quitter (l'UE) ne serait pas dans l'intérêt de notre pays. Mais le fait est que les Britanniques ne sont pas satisfaits de ce qu'ils ont, et moi non plus", indiquait-il en juillet 2012 dans un entretien au Sunday Telegraph. Plus récemment, début janvier, il a déclaré son intention de rester à la tête du gouvernement britannique jusqu'en 2020 et a fait de l'UE l'un des enjeux principaux de son éventuelle réélection en 2015. Son objectif : que Londres récupère des pouvoirs notamment sur la réglementation du travail. Il doit d'ailleurs prononcer un discours mi-janvier à ce sujet.

Un référendum qui attrendra

En Grande-Bretagne, un éventuel référendum devrait donc attendre 2015 voire 2017 ou 2018 s'il s'inscrit en marge de renégociation beaucoup plus large des traités européens. Herman van Rompuy, le président du conseil européen, a indiqué mercredi 9 janvier qu'il faudrait attendre au moins deux ans pour qu'une telle discussion sur les traités ait lieu. Même si l'échéance n'est visiblement pas si rapprochée, c'est le débat autour de cette question et les conséquences qui en découlent qui semblent inquiéter l'administration Obama. "Les référendums ont souvent contribué à ce que les pays se renferment sur eux-mêmes", a commenté le secrétaire américain aux Affaires européennes mercredi. Il ajoutait, à propos des relations entre Etats membres que "plus l'Union européenne se concentre ses débats internes, moins elle parvient à s'unir".

Cameron entre eurosceptiques et patrons europhiles

L'idée d'un tel référendum résonne avec les opinions eurosceptiques partagées par une partie de la population britannique. Le dernier sondage en date, publié le 26 janvier, indiquait que 51% des sondés souhaitaient qu'un referendum soit organisé.

Toutefois ce projet rencontre aussi des résistances au sein même du pays. Ainsi, dans une tribune publiée dans le Financial Times, publiée le 8 janvier, des patrons britanniques, notamment le fondateur de Virgin, Richard Branson, ont écrit à David Cameron. Leur vœu ? Que la Grande-Bretagne reste au sein de l'UE et même qu'elle y prenne un rôle de leader. Fin 2012, ils avaient déjà appelé l'occupant du 10, Downing Street à assouplir son discours dans le cadre des discussions sur budget européen, au cours desquelles il s'était fermement opposé à une hausse de l'enveloppe européenne en générale, et de celle apportée par le Royaume-Uni en particulier. Les discussions sur le budget, qui n'avaient pas abouti en novembre, doivent d'ailleurs reprendre dans les prochaines semaines.

Berlin dit "non" au chantage

Patrons britanniques et administration américaine ne sont pas les seuls à mettre en garde David Cameron. Fin décembre, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a lui aussi exprimé son vœu que le Royaume-Uni reste dans l'UE. Il déconseillait surtout au pays d'utiliser ce référendum comme un "chantage" en vue de recouvrer certains pouvoirs transférés à Bruxelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://revelation101.forumcanada.org
 
Pourquoi Washington ne veut pas d'un référendum britannique sur l'Union européenne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sarkozy veut créer une force navale européenne !
» HMW c'est quoi ?
» à LCN ce matin....
» Pourquoi mon enfant me provoque ?
» zom veut que je prenne la pilule... et pas moi!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Révélations :: Actualités Mondiales :: U.S.A-
Sauter vers: