Révélations

Le partage est le nerf de ma guerre
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» la censure en france
Mer 24 Juil - 12:12 par triskel

» pyramides de Bosnies
Ven 12 Juil - 14:38 par triskel

» Fleur de Vie
Ven 21 Juin - 13:38 par Valkyrie

» Photo Zen
Ven 21 Juin - 11:59 par Valkyrie

» Edward Snowden, l'homme qui fait trembler le gouvernement américain
Lun 17 Juin - 16:07 par Valkyrie

» une vague de glace
Sam 8 Juin - 10:38 par Valkyrie

» Héracléion, une cité égyptienne engloutie, révèle des secrets vieux de 1200 ans
Ven 7 Juin - 12:46 par Valkyrie

» L'entourage «toxique» de Stephen Harper
Ven 7 Juin - 12:07 par Valkyrie

» Franc-maçonnerie
Ven 7 Juin - 11:57 par Valkyrie

Mots-clés
livre anton réveil dieux Phénix marche Origines
Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

      

Liens intéressants

Partagez | 
 

 Les Abductions

Aller en bas 
AuteurMessage
Valkyrie
Admin
Admin
avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 38
Localisation : Québec

MessageSujet: Les Abductions   Lun 25 Mar - 13:03

Les Abductions


Le phénomène des enlèvements extraterrestres ou abductions est sans doute le plus troublant concernant le dossier des Ovnis.
Des millions de personnes semblent être concernées par ce fléau atroce, laissant des traces physiques ainsi que des séquelles psychologiques importantes chez des abductés. C'est dans les années 80 que cela devient mondialement connu et qu'une prise de conscience commence à avoir lieu.
Ce dossier demeure néanmoins très controversé par des sceptiques qui y voient un phénomène psychosocial que nous étudierons par la suite.
L'hypothèse extraterrestre reste, tout de même, la plus répandue même si apparemment farfelue.

Les histoires décrites par les témoins lors des enlèvements sont dignes des plus grands scénarios de sciences-fictions.
Les phénomènes observés sont l'amnésie, la paralysie, l'enlèvement à bord d'un vaisseau spatial, l'examen physique, et dans quelques cas une visite à l'intérieur de l'engin et des échanges avec les occupants.
Mais tout cela n'est constatable évidemment que sous hypnose régressive étant donné que ces douloureux épisodes sont censés avoir été effacés de leurs mémoires par les ravisseurs.
Ce n'est qu'après des cauchemars, des sensations de mal-être étranges, des insomnies, ou des traces physiques relevées au réveil, que l'enlevé se pose des questions et décide de consulter un psychiatre ou autre spécialiste sur ces phénomènes appelés souvent abductologue (Budd Hopkins, David Jacobs,...)

Ce qui est évident, c'est que ces personnes vivent pour la plupart un traumatisme dû à un ou des événements. La question est de savoir lesquelles ?
S'agit-il d'une expérience mentale ou ont-ils vraiment été enlevés par des entités extraterrestres ? Ce qui relèverait évidemment de l'incroyable. Des faits hors du commun ont cependant bien eu lieu.

Les supposés ravisseurs extraterrestres semblent surtout se focaliser sur ce qui est d'ordre génétique et de la reproduction étant donné que beaucoup racontent avoir fait l'objet de prélèvements de spermes ou d'ovules.
La caractéristique majeure qu'on a pu observer est qu'une personne subit plusieurs abductions, et notamment les femmes victimes d'inséminations à l'aide d'un matériel (plus d'explication par la suite).
Elles subiraient ensuite un autre enlèvement afin de se faire extraire le fœtus.
Puis elles seraient ré enlevés dans le but de leur montrer leurs bébés hybrides issus de manipulations génétiques.
Il faut savoir que le phénomène des enlèvements ne se limite pas toujours à un membre d'une famille. Les progénitures et générations à venir peuvent aussi être des victimes potentielles.

Ces expériences sont dans beaucoup de cas tellement traumatisantes qu'elles sont refoulées par les enlevés qui ne s'en rappelleront que sous régression hypnotique.
" On n'oublie tout sauf la certitude que quelque chose s'est passé. "

Quelles preuves physiques avons-nous de ces abductions ?

Les sujets sont matériellement absents et l'on n'a jamais mis la main sur une personne durant son enlèvement.
Des cicatrices inhabituelles et des marques sont présentes sur le corps des abductés et des implants sont quelques fois retrouvés à l'intérieur.
Les témoins racontent sous hypnose régressive le déroulement exact et les circonstances de leurs enlèvements. Ils décrivent, lors de ces séances, des objets à l'aide desquels ils seraient examinés et dont ils ne semblent connaître l'utilité.
Les spécialistes, de leur côté, savent bien à chaque fois de quoi il s'agit surtout que les témoins décrivent toujours ces mêmes objets alors qu'ils ne sont pas censés les connaître.

Des personnes conscientes ayant observé des Ovnis de prés auraient été touchées aux yeux ou sur d'autres parties du corps. Comme si l'engin, une fois en l'air, les avait irradiés ou brûlés.

D'autres traces sont observées au sol dans certain cas de rencontres rapprochées telles que " le sol cuit à l'endroit de l'atterrissage de la supposée soucoupe" (voir l'Affaire de Trans en Provence), la terre desséchée et qui ne repousse quelques fois plus, sans oublier que même en hiver les traces sont encore visibles et qu'il n y a pas de neige dessus…
Il y a aussi des affaires où des arbres entourant la maison se mettent à tomber peu à peu.
Dans certains cas de rencontres rapprochés, les moteurs cessent de fonctionner ainsi que toute l'électricité des alentours.

Voici le résumé d'un modèle type d'enlèvement :

Un homme et une femme dorment sur leur lit et l'un se réveille paralysé en ne pouvant plus parler. Tout est déconnecté autour de lui et il voit des humanoïdes étranges, puis se sent téléporter sur un vaisseau.
Le mari ou la femme qui dort avec l'abducté est complètement neutralisé de telle sorte à ne se rendre compte de rien. Des époux ont décrit des sensations de lourdeurs les empêchant d'intervenir et sont directement replongés dans leur sommeil.
Ensuite, l'enlevé se retrouve sur une table déshabillé afin d'y subir des examens et prélèvements médicaux douloureux qu'on pourrait assimilés à des expériences.
Enfin, l'enlevé se retrouve sur son lit, avec le lendemain, des douleurs à un endroit précis où il aperçoit des marques étranges. Sauf que la personne ne se souvient pas de tout. Elle n'a que des fragments de souvenirs.

On appelle " missing time " (expression inventée par Budd Hopkins et qui veut littéralement dire " temps manquant ") l'espace-temps durant lequel le sujet ne sait pas ce qui s'est passé. C'est durant ce moment que l'expérience aurait lieu, et l'enlevé n'est pas conscient de ce qu'il subit. Il a carrément un trou de mémoire qui peut durer entre 20 minutes et deux heures, et même parfois davantage.

Quant à ces ravisseurs humanoïdes, on aurait plusieurs types de descriptions :

Le plus courant est de petite taille, les bras et jambes grêles, le corps mince, des grands yeux noirs, une absence de cheveux, de nez, de bouches, et d'oreilles.
L'autre type d'ET aurait l'allure d'insecte, un autre d'aspect reptilien, et pour finir avec celui à l'apparence presque humaine.

Dans des cas de rencontres rapprochés, des témoins prétendent durant leur paralysie sur leur lit avoir aperçu un membre de leur famille ou autres leur parler en leur disant de collaborer avec ces êtres. Il s'agirait selon des témoins d'hologrammes ayant pour unique but d'intimider les victimes afin qu'elles ne résistent pas.
On remarque de plus dans des témoignages que ces soi-disant personnes, se faisant passer pour des proches, détournent leur regard afin de ne pas se faire démasquer.
Pour faire le parallèle avec les prétendus hommes en noirs, on peut supposer que ces extraterrestres n'arrivent pas à dupliquer exactement une apparence humaine sans qu'il n'y ait de défauts physiques apparents. C'est le cas de ces les hommes en noirs qui ne ressemblent jamais complément à des êtres humains normaux.

En ce qui concerne les implants, ils se trouvent généralement en dessous du pénis, à l'intérieur des fosses nasales, dans l'œil, dans la main ou le pied et d'origines métalliques ou pas.

En 1995, des démarches sont entreprises pour extraire et analyser un implant, et cette opération est confiée au Dr Roger Leir, qui en effectuera d'autres par la suite.
Voici ses constatations :

Les implants sont très bien tolérés par l'organisme (aucun rejet) car ils sont recouverts de tissus biologiques.
Une quantité de cellules nerveuses anormale se trouve autour des objets.
Ils contiennent des matériaux que l'on trouve fréquemment dans les météorites.


D'autres analyses ultérieures ont montré qu'il est probable que les membranes biologiques de l'implant puissent être constituées à l'aide de la propre peau de l'abducté.

Quels peuvent être les origines de ces implants ?
À supposer qu'ils soient d'origines humaines, ils seraient issus d'une technologie avancée développée et testés en secret.
Ce dispositif aurait soit pour but de suivre et localiser les enlevés soit de contrôler leurs mouvements et leurs fonctions biologiques.

Le Dr Leir en Californie a procédé à l'ablation de 11 corps étrangers. Ses implants sont en forme de T, triangle, pastille, microtige, microbilles carbonées, alliage de métaux et de métalloïdes de composition isomérique exotique, Al, Fe, Ca, Ba principalement, tous de nanostructure complexe.
Ils sont dans le tissu cellulaire profond au contact de néoneurones, de terminaisons sensorielles, dont la présence en profondeur est aberrante. L'objet est toléré, sans réaction inflammatoire, sans enkystement fibroscléreux calcifié, grâce à une membrane dure insécable au scalpel, invisible aux Rayon X, faite de protéines de l'hôte de combinaison jamais rencontrée jusqu'ici, kératine coagulât protéinique.
On ne trouve pas de cicatrice de porte d'entrée, mais une cupule par rétraction de la peau, en regard de l'implant, dû à une fibroélastose solaire reliant l'objet à la peau...

Comme grand spécialiste des enlèvements, il y a l'américain Budd Hopkins, à l'origine peintre et sculpteur de talent, qui est devenu, par la suite un hypnotiseur remarquable doté d'une grande humanité. Il s'est beaucoup intéressé aux femmes dites enlevées, ayant subi des supposées inséminations artificielles, et use de l'hypnose pour aider les victimes à se souvenir.
Il est l'auteur d'ouvrages tels que " Intruders " et " Missing Time ", inspirés de faits et d'expériences réels.

Les dits " abductés " développent par la suite, pour certains, des facultés Psi ou extra sensoriels après leurs enlèvements.
Ils peuvent développer par exemple des dons de voyance, de télépathie, de télékinésie ou des aptitudes dans les domaines de l'art ou des mathématiques.
Comment expliquer qu'un chauffeur de bus prétendument " enlevé ", et illettré, puisse soudain développer des facultés extraordinaires en mathématique ?
Les cas d'enlèvements dits par des ET regroupent des similitudes sans pour autant être tous tout à fait pareil. Chaque cas à sa particularité.

Nous allons à présent nous intéresser à trois cas typiques de phénomènes d'enlèvements. Celui des époux Hill, de Linda Cortile, et de Travis Walton.
À l'aide de ces trois cas, nous tenterons d'adopter une vison plus nuancé de cela.

(Pour des questions de styles, nous utiliserons le présent)


L' Incident de Betty et Barney Hill :

Barney, afro-américain et engagé, était employé à la Poste et Betty Hill occupait un emploi de superviseuse au département pour l'aide sociale à l'enfance de la ville de Portsmouth.
Notons que leur couple mixte n'était pas toujours accepté dans cette Amérique des années 60.
Le supposé cas d'enlèvement des époux Hill fut le premier à être vraiment documenté et commenté.

Le 19 septembre 1961, dans la nuit, sur une route déserte du New Hampshire, Betty et Barney Hill traversent les White Mountains, en suivant la nationale 3. C'est alors qu'ils observent dans le ciel le déplacement d'un point lumineux qui grossit et change soudain de trajectoire pour les suivre.
L'engin se rapproche de plus en plus d'eux en émettant des flashs de lumières avant de s'immobiliser dans le ciel.
Puis il se pose dans un champ, et Barney décide de descendre de son automobile afin de mieux observer l'appareil.
Il aperçoit à travers les hublots de l'OVNI des êtres en uniformes. Celui-ci se pose et une échelle sort de sa base, puis une porte s'ouvre. Barney fuit en direction de sa voiture et démarre très rapidement.
Un étrange son, décrit par Barney comme un " bip-bip ", envahit l'habitacle de la voiture, et le couple s'endort. Le même son se répète une deuxième fois et ils se réveillèrent. C'est alors que l'homme se retrouve au volant de son automobile en train de conduire, à 55 km de l'endroit où ils s'étaient arrêtés, d'après un panneau.
De plus, leurs deux montres sont arrêtées, le voyage dura 2h de plus que d'habitude, et ils ne comprennent pas. Aucun souvenir ne correspondait à cette période de leur trajet.
De plus, Barney ressent une vive douleur dans le dos, et il constate des marques d'usure sur ses chaussures, comme s'il avait été traîné sur le sol.
Leur voiture semble marquée de petits cercles brillants.

La semaine suivante, ils sont pris de cauchemars, de souvenirs étranges et d'insomnies.
Betty développe également différents symptômes dépressifs : mélancolie, perte d'appétit et angoisse.
Le couple s'adresse alors à un médecin qui leur conseille de consulter un Psychiatre de Boston, le docteur Benjamin Simon.
Celui-ci décide de les interroger séparément, sous hypnose, et les versions coïncident étrangement.

voici les faits décrits lors de ces séances :
Ils voient des humanoïdes se diriger vers eux et se sentent paralysés. Puis ils se retrouvent soudainement dans le vaisseau. On les sépare et leur fait subir des expériences physiques et mentales, ainsi que toutes sortes de prélèvements.
Betty veut savoir d'où viennent ces êtres, et le capitaine du vaisseau demande à l'américaine de lui situer la terre sur une carte de l'espace. Mais elle en est incapable. Il lui rétorque que dans ce cas, il ne saurait lui répondre.
Le capitaine du vaisseau leur dit qu'ils ne se souviendront de rien à la fin, que cela vaut mieux pour eux, et que la curiosité Betty est inutile.
Sous hypnose, Betty Hill décrit la carte présentée par les Aliens en la dessinant au docteur.
Après des analyses de spécialistes tels que Walter Mitchell et Marjorie Fish, les ET des Hill seraient venus du système Zeta Reticuli.

Interrogés séparément pendant plus de six mois, Betty et Barney ne se contredirent jamais et leurs versions furent toujours concordantes.
La personnalité du couple Hill rend la thèse du canular hautement improbable. Surtout qu'à cette époque le phénomène des enlèvements par des ET est quasiment inconnu.
Le docteur Benjamin Simon considérait que le couple était sincère, mais conclu, en tant que scientifique, au " fantasme partagé ".
Simon pense qu'il est probable que Betty ait transféré ses rêves troublants à Barney, de manière à qu'il les revive comme la part d'une expérience réelle. Il aurait, en quelque sorte, absorbé les rêves de sa femme.
Il ne faut pas oublier que dans le contexte de l'époque, il été plus difficile pour un psychiatre de conclure en déclarant que les affirmations du couple étaient réelles et qu'ils avaient bien vécu ces expériences d'enlèvements. Le sujet des Ovnis n'était pas aussi documenté et médiatique qu'aujourd'hui. De plus, la crédibilité du psychiatre aurait pu être remise en question s'il avait admis la thèse de l'enlèvement par des ET.
Certains scientifiques comme Allan Hynek s'intéressèrent beaucoup à ce cas, et conclurent que le couple ne mentait pas.
Notons aussi que, lors de séances d'hypnose, Barney Hill décrivait des séquences très douloureuses où il subissait des prélèvements de sperme. Ce que ne vécut évidemment pas Betty. On peut donc se poser la question de savoir comment il y aurait pu y avoir transfert de rêve dans ce cas ?


L'Incroyable Affaire Linda Cortile :


Ce cas reste, sans doute, l'un des plus impressionnants et les mieux documentés de l'histoire des enlèvements étant donné le nombre de témoignages (rares dans ce genre d'affaires) et tout ce qui a entouré ce dossier.
À l'époque des faits, Linda Cortile, New-Yorkaise et fervente catholique de 40 ans, va se coucher dans son lit. On est le 30 novembre 1989 et il est environ trois heures du matin. Son mari et ses enfants dorment profondément.
Alors qu'elle est allongée en train de prier, elle commence à ressentir un engourdissement paralysant qui la gagne peu à peu et ne sent plus ses jambes.
En raison de son expérience passée, elle connaît cette situation et sait qu'il s'agit des préliminaires à un enlèvement.
Elle tente de réveiller son mari, mais en vain. Elle s'aperçoit qu'un être gris vient d'apparaître dans la chambre et jette, en direction de la créature un long oreiller qui la touche. L'oreiller semble très lourd.
Puis elle est totalement paralysée et sent sa tête vide bien qu'elle se souvienne vaguement de quelqu'un en train de palper sa colonne.
Tout ce dont elle se rappelle, ensuite, c'est le retour dans son lit.
Morte de peur et alors que son mari dort profondément, elle s'empresse de vérifier que rien n'est arrivé à sa famille.
En contact avec Budd Hopkins depuis avril 1989 afin de suivre des régressions, elle soupçonnait avoir été enlevée entre l'âge de 20 et 30 ans.
Linda lui rapporte le lendemain matin avoir été de nouveau enlevée la nuit même.

Elle se sent prise, depuis longtemps, de crises d'engourdissements sans aucune raison et a l'impression de vivre, durant des nuits, des événements étranges dont elle ne garde aucun souvenir.
Il s'agit d'une femme de nature très sceptique et plutôt rationaliste à l'origine.
Après avoir lu brièvement " Intruders " et longtemps hésité, elle écrit à Budd Hopkins pour lui raconter ce qu'elle vit. Celui-ci la rencontre et lui fit subir des séances de régressions sous hypnose. Ils se rendirent compte qu'elle avait commencé à être enlevée dès l'âge de huit ans.

Il faut noter aussi que peu de temps après l'accouchement de son premier fils en 1976, Linda découvre une bosse sur son nez. Bien que pas très visible, elle décida de consulter un médecin qui lui évoque une opération qu'elle aurait subie durant sa jeunesse. Elle soutient le contraire au médecin et ses parents confirmeront, aussi, qu'elle n'a jamais subi la moindre intervention à cet endroit du corps.

Pour en revenir aux événements qui suivirent cette fameuse nuit du 30 novembre 1989, et de la séance d'hypnose régressive que devait réaliser Budd Hopkins, Linda Cortile se souvint que trois ou quatre extraterrestres étaient venus dans la chambre. Puis elle fut emmenée en flottant dans un Ovni à travers la fenêtre fermée, et se retrouva sur une table d'opération.
Les Aliens lui auraient enfoncé une longue aiguille dans le dos, puis dans le nez.
Après ce douloureux examen médical, on la ramena au-dessus de son lit avant de la relâcher brusquement.

En février 1991, c'est à dire 15 mois après l'incident, Budd Hopkins reçoit une lettre de deux prétendus officiers de police qui auraient observé l'enlèvement de Linda depuis leur voiture garée à quelques blocs de son immeuble. Ces deux hommes décrivent avoir vu une femme flotter dans les airs, en chemise de nuit blanche et 3 étranges petites créatures, jusqu'à un très grand vaisseau immobile au-dessus de l'immeuble. Ensuite l'engin aurait pris de l'altitude pour s'éloigner et plonger dans l'East River, près du pont de Brooklyn.
Richard et Dan, s'étant ainsi nommés et désirant rester anonymes, se seraient énormément inquiétés pour cette femme. Ils seraient restés 45 minutes à attendre que l'OVNI refasse surface, mais celui-ci ne réapparut pas.
Hopkins avertit Mme Cortile qu'elle pourrait recevoir la visite de ces deux hommes.
Linda était bouleversée d'avoir confirmation que les évènements qu'elle espérait imaginaires soient bien réels
Richard et Dan sonnèrent chez Linda et semblent visiblement soulagés de la trouver saine et sauve.
Ils refusèrent de parler à Hopkins en personne de peur de faire identifier physiquement étant donné qu'ils prétendent être finalement des officiers des services secrets qui escorté ce soir-là une haute personnalité.
Il s'agirait de Javier Perez de Cuellar, à l'époque Secrétaire générale des Nations unies, qui niera naturellement tout plus tard et esquivera toute les questions qui auront un rapport avec cette affaire.
Leur limousine serait tombée mystérieusement en panne. C'est alors que les deux supposés agents et la haute personnalité assistèrent à cette extraordinaire observation.

Linda Cortile est, en avril 1991, kidnappée dans la rue par les dénommés Dan et Richard qui la séquestrèrent à bord d'une voiture pendant 3 heures. Ils la questionneront sur les circonstances de l'enlèvement et son rapport avec cet engin, en la soupçonnant qu'elle été extraterrestre ou hybride.

Entre temps, Budd Hopkins reçoit une autre lettre d'une certaine Janet Kimble (pseudonyme), retraitée âgée d'une soixantaine d'années, qui aurait assisté à l'enlèvement et dont la voiture aurait cessé de fonctionner une fois sur le pont.

Linda se fait capturée une seconde fois par Dan qui l'emmène dans une maison de la CIA afin de la séquestrer, puis elle fut sauvée par Richard.
C'est alors que Budd Hopkins lui flanque un garde du corps afin de la protéger.

Plus tard, la veille de son IRM, Linda se réveille, dans la nuit, avec du sang. Elle a dû se faire enlever l'implant par les Aliens durant la nuit afin de dissimuler les preuves.

Avec tous les témoignages d'observations et le récit de Linda Cortile sous hypnose régressive, Budd Hopkins se rendit compte que beaucoup des éléments coïncidaient.

Ce cas extraordinaire fut, plus tard, pris d'assaut par les médias.

Peut-on, à ce cas, de nouveau appliquer l'hypothèse socio-psychologique ? À mon avis NON

Le Mystère Travis Walton :




C'était le 5 novembre 1975, à Snowflake, à 240 km au nord de Phoenix (Arizona).
Il fait nuit et il est environ 18h, quand Travis Walton, âgé de 22 ans à l'époque des faits, et ses collègues bûcherons prennent la route, à bord de leur camionnette, pour rentrer chez eux. C'est alors qu'ils aperçoivent quelque chose d'étrange dans le ciel. Il s'agit d'une très intense lumière ressemblant à un disque métallique suspendu au-dessus du sol, et émettant une sorte de halo lumineux.
Malgré les mises en garde de ses collègues, Travis décide d'aller voir l'objet de plus près et sort du camion. Il pense que l'objet va s'enfuir s'il s'approche. Mais ce ne fut pas le cas. Walton semble fasciner et n'écoute guère ses six collègues qui lui crient de s'éloigner de l'objet.
Il est brusquement frappé à la poitrine et à la tête par un rayon lumineux bleuté et s'écroule.

Terrifiés par ce qu'il avaient vu, les six bûcherons prennent la fuite, mais au bout de 100 mètres, ils ne virent pas l'objet les suivre et décident de faire demi-tour. Il n'y avait cependant plus rien sur le théâtre des faits, ni l'objet, ni Travis Walton.
Ils se mettent à rechercher leur camarade dont les traces de pa s'arrêtent à l'endroit où il a été touché. On dirait qu'il s'est volatilisé.

Après avoir beaucoup réfléchi de peur qu'on les accuse de cette disparition, ils prennent l'initiative d'aller voir le shérif adjoint qui alerte immédiatement le shérif Marlia Guillespie. Celui-ci soupçonne fortement ces hommes d'être à l'origine du meurtre de leur collègue, et que tôt ou tard ils vont avouer et raconter ce qu'il s'est réellement passé.
Des fouilles intensives sont organisées sur les lieux afin de tenter de retrouver d'éventuelles traces du disparu.
Les cinq hommes sont soumis au détecteur de mensonges durant 2h chacun, et ils le réussissent à l'exception d'un d'entre eux.

Cinq jours plus tard, le beau-frère de Travis reçoit un appel téléphonique, et il s'agit de Travis qui appelle d'une cabine publique à quelques kilomètres. L'homme était en état de choc, amaigri et désorienté.
Il prétend s'être fait enlever par des extraterrestres sur un vaisseau spatial et se rappelle qu'après s'être approché de l'objet, il s'est réveillé à bord d'un engin, couché sur une table, avec une douleur atroce à la poitrine. Il prétend s'être trouvé face à d'horribles êtres de formes humanoïdes sans pour autant ressembler à des humains.
Il tente de se battre contre eux et réussit à quitter la pièce. Walton, paniqué, cherche à s'enfuir en trouvant une issue, puis il raconte même avoir vu l'espace et des étoiles autour de lui, en manipulant des boutons, et vit aussi d'autres Ovnis.
Une créature, de formes beaucoup plus humaines et portantes un casque s'approche de Travis en le guidant vers une autre pièce où il est pris d'assaut par les humanoïdes qui lui mettent un masque au visage et il s'évanouit.
Lorsqu'il revient à lui, il a juste le temps de voir l'OVNI disparaître.

Travis Walton affirme que ce qu'il avait vécu était hors du commun et que les gens auraient du mal à le croire, mais il prit ce risque.
Il fut la une des médias et son histoire fut le tour du monde.

Selon Budd Hopkins, cette histoire est bien réelle et Travis Walton a bien été enlevé par des ET. La description qu'il fait de ces êtres correspond exactement à celle faite par d'autres témoins.

Notons qu'à cette époque des années 70, le phénomène des enlèvements n'est que très peu connu du public, et que l'homme affirme aujourd'hui n'avoir tiré aucun bénéfice de ce qu'il avait vécu, au contraire.

Un médecin local confirma l'état d'extrême désorientation et de déshydratation sévère dont souffrait Travis lorsqu'on le retrouva.
L'homme accepta même de se soumettre au test du détecteur de mensonges qu'il réussit à son tour.

Walton et ses amis furent accusés à diverses reprises d'avoir consommé des stupéfiants ou de l'alcool, et tournés furent par la suite continuellement au ridicule.

La famille de l'enlevé a tout le temps adopté une attitude optimiste durant et après l'enlèvement en prétendant que Travis allait être rendu. Comme s'il y avait une connexion entre cette famille et les extraterrestres. Ont-ils, chacun d'entre eux, fait l'objet d'enlèvements et ainsi développés une attitude aussi pacifiste vis-à-vis de ce phénomène ? Où sont-ils tout simplement enclins à un délire débordant ?
Lorsque ce 5 Novembre 1975, les sept bûcherons ont aperçu l'objet, Travis Walton était peut-être déjà la cible de l'OVNI et une connexion existait peut-être déjà entre eux sans que l'homme ne le sache obligatoirement ?

On soupçonna aussi Travis Walton d'avoir inventé toute cette histoire dans le but de gagner de l'argent par la suite.
Travis Walton écrivit un livre sur cette affaire intitulé " The Walton experience " qui fut publié en 1978 puis réédité en 1996 sous le titre " Fire in the Sky ".
Une adaptation cinématographique datant de 1993 intitulés " Les visiteurs extraterrestres " fut tirée de cette étrange histoire par Robert Lieberman.

L'autre hypothèse septique que l'on peut octroyer à ce récit, c'est l'hallucination collective.
C'est-à-dire que les observations des 6 autres bûcherons auraient été induites par la force de suggestion de Travis Walton.
Ce qui expliquerait que les témoins se soient accordés dans leur compte-rendu hallucinatoire.
Quant au détecteur de mensonges, il faut noter qu'il permet de traduire le degré de franchise d'un témoignage, et de savoir si la personne est convainque de dire la vérité. Cependant, elle peut être persuadé d'être sincère sans pour autant que le récit soit vrai.

Pour en revenir au dossier des enlèvements, j'aimerai évoquer John E. Mack, le très regretté professeur de psychiatrie de Harvard et personnalité connue aux USA qui étudia ce phénomène de très près avec des conclusions fort intéressantes.
Il dit clairement que la plupart des témoins ne souffrent d'aucune pathologie mentale et qu'ils sont sincères.
Lors d'une interview accordée à la BBC, il dit : " Je ne dirais jamais, oui, il y a des Aliens qui enlèvent les gens. Je dirais qu'il y a un phénomène puissant ici que je ne peux expliquer en aucune autre manière. Bien que je ne puisse pas savoir ce que c'est, il semble que cela invite à une enquête plus profonde. "

Mack devient encore plus controversé au début des années 90, après avoir rencontré Budd Hopkins.
Il entame une étude de plus de 10 ans sur 200 hommes et femmes déclarant que des expériences de rencontre extraterrestre ont affecté leur vision du monde, accroissant notamment leur sens de la spiritualité et leur préoccupation de l'environnement.

Voici une de ces citations : " Les enlèvements s'apparentent à une expérience psychologique et spirituelle qui se produit et trouve peut-être son origine dans une autre dimension. Ce sont donc des phénomènes qui nous ouvrent, ou du moins nous obligent à être ouverts à des réalités qui n'appartiennent pas uniquement à notre monde physique ".

Lors d'une interview, John Mack souligne bien le fait que ces gens décrivent leurs expériences comme si cela leur été vraiment arrivé, et qu'il s'agit de personnes saines d'esprit qui se rendent bien compte que ce qu'ils racontent parait fou.
Ils sont en bonne santé, ont un emploi, une famille et s'expriment correctement.
Il explique bien qu'ils semblent embarrassés d'avoir à lui parler de ce qu'ils ont vécu, et qu'ils décrivent quelque chose de réel.
Selon lui, il ne s'agit pas de schizophrènes étant donné que ceux-ci n'ont pas qu'une idée qui soit étrange et que l'ensemble de leurs récits n'est pas clair.
Il dit aussi que les abductés n'essayent pas de convaincre qui que ce soit, contrairement aux schizophrènes, qui se sentent persécutés si l'on ne les croit pas. " John Mack est aussi troublé par la similitude des témoignages, alors que des détails ne sont pas tous fournis aux médias, et que ces dits enlevés n'ont pas eu les moyens de se communiquer leurs expériences ".

Il écrit " Dossier extraterrestres - L'affaire des enlèvements ", édités en français par les " Presses de la Cité ", en 1994.

Le doyen d'Harvard demande en 1994 à un comité d'éthique d'évaluer la validité des recherches de John Mack. Mais en 1996, le comité admit que Mack n'avait pas violé les règles déontologiques de la profession.

À travers cet exemple, on a le modèle type du scientifique de grande renommée qu'on a tenté de discréditer du fait de ses recherches sur des phénomènes de ce genre.
Imaginez donc comment on pourrait anéantir la carrière d'un scientifique ordinaire ?

Le 27 septembre 2004, en sortant d'un dîner à Londres, J. Mack est renversé par un conducteur ivre, et décède de ses blessures.

Il existe aux États-Unis un certain nombre de psychologues ayant décidé de s'intéresser à ces patients prétendument enlevés par des ET.
Comme dans tous les domaines, il existe toujours une minorité encline au délire et à la mythomanie. Pour en citer des exemples, on a des cas célèbres comme George Adamski, Urandir, et bien d'autres.

Quant aux abductés réputés sérieux, les psychiatres ne détectent aucune pathologie connue et ces sujets semblent être tout à fait sains d'esprit. Ils sont issus de toutes les classes sociales et rien apparemment dans leur vie ne les prédisposer à être victimes de ces dits enlèvements par des ET.


source: http://ovnis-direct.com/abductions/index.html


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://revelation101.forumcanada.org
 
Les Abductions
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Révélations :: Mystères :: Vie Extraterrestre-
Sauter vers: